• dimanche 07 mars 2021
Situation socio-politique : Des opérateurs économiques lancent une caravane de la Paix

Situation socio-politique : Des opérateurs économiques lancent une caravane de la Paix

Le dicton qui dit : « Rien ne se perd tout se transforme », est bien une réalité au marché de poissons fumés de Zimbabwe dans la commune de Port-Bouët.

Sur ce site situé en bordure de lagune, des personnes se procurent les déchets de poissons telles que les branchies et bien d'autres parties qu’ils transforment pour obtenir des composants d’aliments de volaille qu’ils vendent aux sociétés de fabrique d’aliments de volaille.

« Sur le marché, nous vendons le kg à 150 ou 200 Fcfa. Nous les vendons seulement qu’aux fabricants d’aliments de volaille et de porcins. Ils mélangent ces déchets aux semoules de maïs, de riz et bien d'autres choses », a expliqué Issa Koné, l’un des transformateurs de déchets.

Il a fait savoir que cette activité méconnue n’est pas trop juteuse par manque d’ingrédients (déchets de poissons) car difficiles à trouver. Ce qui fait que, selon lui, ils ne vendent que deux fois dans le mois.

A l’en croire, par vente, selon la quantité, ils peuvent gagner entre 35 000 Fcfa et 60 000 Fcfa. Ce qui lui permet juste d’avoir entre 100 000 Fcfa et 150 000 Fcfa dans le mois. Juste de quoi s’occuper le temps d’avoir mieux.

Mais déjà, ce gain leur permet un tant soit peu de s’occuper de leurs petites familles. « Un jour, ça ira. Cette activité nous permet de ne pas rester oisifs et nous occupe. Nous sommes des pères de familles », a renchéri Koné Issa.

Charles Kouadio (Stagiaire)

newsletter

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour recevoir les nouvelles mises à jour!