Newsletter s'inscrire

Élections Sénatoriales en Côte d’Ivoire : Révélations et leçons du scrutin du 24 mars 2018

20180326-0001341zs0
Ci - Politique et economie - 26-03-2018 08:34 - @linfodrome.ci
Les lampions se sont éteints sur les premières élections sénatoriales en Côte d’Ivoire. Bon an, mal an, ce scrutin s’est tenu. Contre le gré d’une opposition divisée, qui aura tenté en vain de l’empêcher. Tout s’est passé en famille. Sans incident. Les adversaires étant dans la quasi-totalité issue de la même alliance au pouvoir, le Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), coalition qui gouverne la Côte d’Ivoire depuis 2011.

Dans la même soirée du samedi 24 mars 2018, la liste des 66 premiers sénateurs élus pour siéger dans la chambre haute du futur Parlement ivoirien a été publiée. Ils sont tous de la même coalition dont les membres se sont partagés, en 2013, les postes aux élections locales. L’opposition ayant boycotté les municipales et les régionales. Du coup ; cette opposition ne pouvait avoir que ses larmes pour pleurer. Elle qui s’était auto-exclue, depuis lors, des élections des Sénateurs. Scrutin auquel elle aurait pu prendre part si le pouvoir l’avait bien voulu. Car il eut suffi seulement de commencer par les nouvelles élections locales (municipales et régionales) dont les élus actuels sont au terme de leur mandat. Juste une volonté politique. Une volonté démocratique pour rendre ces élections inclusives. Mais, le politique en a décidé autrement. A bas l’opposition qui a choisi son reniement aux élections.

N’empêche, le scrutin du 24 mars a connu ses adversités. Dans une moindre mesure bien entendu. Car, beaucoup d’eau a coulé sous le pont, et des appétits se sont aiguisés au sein de la famille des Houphouëtistes. Des candidats indépendants ont osé et bravé la discipline du Rhdp. Pas nouveau, ça a toujours été le cas à chaque échéance électorale depuis la victoire commune acquise à la présidentielle de 2011. Les autres élections étant considérées comme différentes du scrutin présidentiel, il a toujours été difficile d’étouffer des ambitions au profit d’autres. Réalité somme toute compréhensible. Car, seul chacun est mieux placé pour appréhender son poids dans sa région ou sa localité. La preuve est palpable. Sur les 16 listes qu’ils ont présenté contre les 33 de la coalition dont ils sont, en réalité, membres, les indépendants l’ont emporté dans 8 régions. Ils vont occuper 16 sièges électifs sur les 66 du futur Sénat, soit un taux non négligeable de 50% de réussite et de 24,24% sur l’ensemble du scrutin.

L’effet des palabres fratricides

D’importantes leçons se dégagent de ce scrutin en famille. Dans un contexte marqué par des divergences profondes au sein de cette famille. Il faut le dire tout net, la razzia des indépendants à ces élections supposées acquises par les listes communes du Pdci-Rda et du Rdr, n’est pas fortuite. En effet, les palabres entre ces deux formations phares du Rhdp n’ont pas laissé de chance à certains candidats. Les partis d’Henri Konan Bédié et d’Alassane Ouattara ont transposé, par endroit, leurs querelles sur le terrain. C’est le cas à Yamoussoukro, où au lieu d’une liste commune Rhdp, le Pdci-Rda a imposé une liste composée uniquement de ses cadres. A savoir le maire sortant, Jean Kacou Gnrangbé et le ‘’souverainiste’’ Diédri N’goran, fondateur et leader du mouvement des cadres ‘’Pdci Notre Heritage’’. Cette liste n’a pas fait le poids devant celle des indépendants constituée par un duo de cadres du même Pdci-Rda et du Rdr. Les électeurs ont préféré se rallier en majorité à ce duo au détriment de la liste Pdci présentée par le Rhdp. Le scénario sera presqu’identique à Bouna, dans le Bounkani, où la liste Rdr a été déchue par un autre duo plus.

Autre lieu, même réalité, il s’agit du scrutin dans l’Agnéby Tiassa. Cette zone très peu acquise à la coalition au pouvoir ne surprend guerre quand elle bascule chez les indépendants. Ici aussi, le Rhdp, en pleine déliquescence, n’a pu convaincre les élus locaux, qui ont préféré se rallier à des candidats moins problématiques. Scénario identique dans le Guémon, région plus acquise à l’opposition pro-Gbagbo, qui, à défaut d’avoir des candidats de leur bord, a préféré se rabattre sur les indépendants.

Carton jaune avant 2020

L’autre vérité sur le terrain, ce sont ces listes parallèles suscitées par les alliés, eux-mêmes, pour confondre les candidats communs qu’ils se sont donnés à ces élections. Ainsi, dans le Béré, région acquise au parti du président Ouattara, la liste du Rhdp n’aura pas pignon sur rue. Elle a été proprement laminée par le duo Rdr qui conserve le siège pour cette formation politique. Idem à Bouaké où le duo Caucautrey – Koumoin René, du Pdci, ne laissera aucune chance aux champions du Rhdp.

Globalement, le Rhdp a triomphé plus aisément dans les 18 circonscriptions où il était en roue libre, sans adversaire. Mais, la coalition au pouvoir aurait été sérieusement bousculée si les listes indépendantes avaient investi pleinement l’ensemble du territoire. Ce qui est un signal fort à l’Alliance de plus en plus ballotage entre ses propres tenants.

Alors qu’il constitue, jusque-là, son propre adversaire, le Rhdp devra tirer des leçons de ces failles, car l’entrée en scène d’une opposition bien organisée ne s’annoncera pas heureuse pour cette coalition qui tangue. En définitives, les résultats de ces sénatoriales, à l’instar des Législatives de 2016, qui ont vu la victoire de 76 indépendants contre 35 en 2011, est un sérieux avertissement pour les Houphouëtistes en prélude aux échéances de 2020 qui s’annoncent aussi décisives. Carton jaune !

Félix D.BONY

Commentaires pour cet article Laisser un avis

Articles en relation

Emplois

France24 @ Ps, lr, lfi, rn… une rentrée politique à géométrie variable
Titre PS, LR, LFI, RN… une rentrée politique à géométrie variable
Date 22-08-2018
Reference Autre
France24 @ mali : le nouveau gouvernement...
Titre Mali : le nouveau gouvernement d’IBK, entre continuité et nouvelles arrivées
Date 10-09-2018
Reference Diplomatie
emploi @ Emploi | REGISTRAR ASSISTANT
Niveau BAC+4, BAC+5
Spécialité Assistanat de Direction, Management, Secrétariat
=