Newsletter s'inscrire

Après la fixation du prix du cacao : Des producteurs inquiets

20181004-images-3
Ci - Economie - 04-10-2018 07:55 - Jonas baikeh
Au lendemain de la fixation du prix du kilogramme de cacao, des producteurs ont exprimé leurs inquiétudes. « Une chose est de fixer le prix et une autre est d’acheter le cacao. L’État a certes fixé le prix mais qu’est-ce qui nous garantit que ces prix seront respectés sur le terrain?

On a vu ici que le cacao est resté sur nos bras. Nous sommes d’autant plus inquiets qu’une rumeur persistante fait croire que les banques ne vont pas financer la campagne », s’est préoccupé Moussa Koné, leader du Syndicat national agricole pour le progrès. Il n’a pas caché ses appréhensions, au cours d’une conversation téléphonique, le mardi 2 octobre 2018. Il pense d’ailleurs que cette année risque d’être catastrophique pour les producteurs ivoiriens. « J’appelle les producteurs à la vigilance. Annoncer le prix ne signifie pas achat du cacao », a-t-il fait observer. Même s’il s’est félicité de la hausse de 50 francs Cfa par rapport à la campagne précédente.

« C’est un bon prix », a estimé, pour sa part, Maurice Sawadogo, président de la Société coopérative des agriculteurs « Agnintié » d’Abengourou. Aussi a-t-il salué le gouvernement pour ses efforts en faveur des producteurs de cacao. « J’avais réclamé ce prix depuis la campagne dernière. Si l’on avait fixé ce prix, le cacao n’aurait pas fui vers le Ghana. 750 francs le kilogramme bord champ, c’est une bonne chose. D’ailleurs, si tu vas à Accra, c’est 830 francs Cfa. Mais, quand tu vas au Port d’Abidjan tu gagnes 841 francs Cfa. N’est-il pas mieux d’aller à Abidjan ? Et puis, il y a des accompagnements. La sachérie brousse et les produits phyto. L’un mis dans l’autre, on peut dire que c’est pratiquement 900 francs Cfa que gagne le producteur », a-t-il démontré. A cela, s’ajoute un bonus de 100 francs Cfa pour les coopératives certifiées.

« Le problème, c’est que les dirigeants des coopératives ne reversent pas ces bonus aux producteurs. Ils préfèrent s’offrir de grosses voitures », a-t-il dénoncé. Pour M. Sawadogo, il faut aider les producteurs au rendement à l’hectare. « Il faut atteindre une tonne à l’hectare. Cela permettra aux petits producteurs (3 voire 5 hectares) de s’en sortir. Par ailleurs, il faut que le producteur participe à la fixation du prix de vente. Il n’est pas bon qu’un privé qui a investi dans une plantation de cacao ne soit pas associé à la fixation du prix de son produit. On ne doit pas fixer le prix du cacao en dehors du producteur », a-t-il insisté.

Quant à Kambou Sié, président de la Fédération des organisations de producteurs de café-cacao de Côte d’Ivoire (Fop.cc), il s’est réjoui de ce prix. « C’est un sentiment de joie qui nous anime. On avait souhaité une hausse et l’État nous l’a donné. Il faut féliciter le gouvernement pour ses efforts », a-t-il laissé entendre. M. Sié pense qu’il faut organiser une tournée d’explication et de sensibilisation auprès des producteurs. « Certains souhaitaient plus. Mais, vu les contraintes sur le marché international, il faut dire merci au gouvernement pour ses efforts. Ce prix est bon à prendre », s’est-il convaincu.

Commentaires pour cet article Laisser un avis

Articles en relation

Emplois

France24 @ Ps, lr, lfi, rn… une rentrée politique à géométrie variable
Titre PS, LR, LFI, RN… une rentrée politique à géométrie variable
Date 22-08-2018
Reference Autre
France24 @ mali : le nouveau gouvernement...
Titre Mali : le nouveau gouvernement d’IBK, entre continuité et nouvelles arrivées
Date 10-09-2018
Reference Diplomatie
emploi @ Emploi | DIC MANAGER
Niveau BAC+2
Spécialité Médecine/Santé
=