Newsletter s'inscrire

CIDP : Convoqué de nouveau à la préfecture de police, le président Babily Dembélé fait une importante déclaration

20191008-57d94691299f835e4a63d0b660ab4c53l
Ci - Politique et economie - 08-10-2019 08:46 - Adolphe angoua
La convocation du président Babily Dembélé, Président du parti politique « Congrès Ivoirien pour le Développement et la Paix, d’obédience socialiste en abrégé » (CIDP), à la préfecture de police le jeudi 3 octobre 2019, a suscité beaucoup d’intérêts. Les interprétations sont allées bon train, laissant dans l’esprit de bons nombres de personnes des doutes et activé des passions. Ainsi pour favoriser un climat plus apaisé de l’atmosphère socio-politique, nous tenons à lever toute équivoque.

Accusé « d’entretenir des hommes en armes », le président du Congrès ivoirien pour le développement et la paix (CIDP), Babily Dembélé, avait été convoqué, le jeudi 3 octobre 2019, à la préfecture de police d’Abidjan. Il devrait y retourner ce mardi 8 octobre 2019, dans le cadre de la même affaire.

Mais avant ce second round, Babily Dembélé a fait une déclaration dont Linfodrome a reçu copie.

« Le CIDP dont les valeurs cardinales reposent sur la paix et la cohésion sociale ne saura les tronquer. La présence d’ex-belligérants de la crise poste électorale au sein de notre parti reste motivée par la simple et seule raison que les Ivoiriens ont besoin de se parler nonobstant leurs différences. Nous estimons alors que la réparation de la fracture sociale de notre pays doit commencer à son origine.

On ne peut faire la paix qu’avec celui avec lequel on s’est battu. Ainsi, ces dits ex-belligérants, se devraient donc d’être mis en pole position dans notre démarche. Il est bon de savoir que cette démarche n’est pas isolée.

Le président Babily Dembélé, en 1995, l’avait aussi entreprise pour le PDCI, réconciliant le pouvoir avec le Canton Guébié après des années de crise dans l’affaire Kragbé Gnagbé. Il a été aussi grand médiateur dans le dénouement de la crise entre le Conseil Supérieur des Imams (COSIM) et le Conseil National Islamique (CNI). Les faits sont connus et les images sont encore présentes.

Un tel homme ne peut pas être un va-t’en-guerre

Dans ce contexte socio-politique tendu, des paroles peuvent voler en éclat. Des passions peuvent prendre le dessus sur la raison. C’est ce qui explique certainement certains propos de la Fédération des Associations d’Ex-combattants De Côte d-Ivoire (FAEX-CI) en date du samedi 28 septembre 2019 à Korhogo, aujourd’hui militants du CIDP.

C’est donc pour pallier ce genre de désagrément que, sachant leur statut, il est astucieux de les confiner dans un cadre politique afin de dompter leurs langages et agissements. La Côte d’Ivoire a trop souffert, donc a besoin d’un maximum de tranquillité. Et cette quête ne peut se faire qu’avec ceux qui sont susceptibles de la perturber.

C’est donc une démarche diplomatique et politique pour ramener les belligérants d’hier dans une République démocratique. Même le plus féroce des fauves peut être apprivoisé.

Une mission conjointe des deux entités, à savoir la Fédération des Associations d’Ex-combattants de Côte d’Ivoire (FAEX-CI), dirigée respectivement par le président ISSOUF Ouattara et l’Amicale de Solidarité de Détenus de la Crise Post-Electorale de Côte d’Ivoire (ASEDCPE-CI), dirigée par le président Bleka Claude, est en préparation, pour sillonner tout le pays et rassurer les Ivoiriens quant à leur volonté et disponibilité d’aller à la paix et la réconciliation nationale.

Nous voulons assurer et rassurer le gouvernement quant à notre bonne foi. Et prenons l’opinion nationale et internationale à témoin pour dire que le CIDP n’est pas et ne sera jamais le foyer d’une quelconque crise en Côte d’Ivoire. Les ex- belligérants qui sont aussi des citoyens de ce pays y militent comme tel. Et non pour ce qu’ils étaient. C’est donc désormais des militants et des responsables du CIDP.

Notre parti, reste ouvert à toutes les rencontres et les débats politiques dans l’intérêt supérieur de la Côte d’Ivoire. C’est pourquoi nous saluons le Premier Ministre et le ministre de la Sécurité pour leur ouverture d’esprit.

Nous avons donc instruit les deux entités à se rendre dans les délégations régionales, départementales, communales, préfectorales et sous-préfectorales pour leur fiche d’adhésion, leur décision de nomination, et leur carte de membre.

Ainsi, toutes les déclarations seront soumises à la signature du président du CIDP.

Notre invitation des militants au calme reste lancée. La Côte d’Ivoire a besoin de toutes ses filles et de tous ses fils. Soyons tolérants les uns envers les autres et donnons une chance à la paix et à la réconciliation nationale ».

Pour le CIDP

Le Président du Congrès Ivoirien pour le

Développement et la Paix (CIDP)

Commentaires pour cet article Laisser un avis

Articles en relation

Emplois

France24 @ Ps, lr, lfi, rn… une rentrée politique à géométrie variable
Titre PS, LR, LFI, RN… une rentrée politique à géométrie variable
Date 22-08-2018
Reference Autre
France24 @ mali : le nouveau gouvernement...
Titre Mali : le nouveau gouvernement d’IBK, entre continuité et nouvelles arrivées
Date 10-09-2018
Reference Diplomatie
emploi @ Emploi | DIRECTEUR GENERAL
Niveau BAC+5
Spécialité Gestion
=