Newsletter s'inscrire

Région du Cavally: Des secrets livrés sur l’arrestation des ex-chefs de guerre, ce qui s’est réellement passé

20191008-b971d12209d915124a3617ae1d60ffd2-1024x573
Ci - Politique et economie - 08-10-2019 08:54 - Armand b. depeyla
Plusieurs ex-chefs de guerre, issus des mouvements d’auto-défense de l’ouest, notamment les Forces spéciales Lima et du Front de libération du grand ouest (Flgo) du « général » civil Maho Glofiehi, un leader politique du Front populaire ivoirien (Fpi-pro Affi) ont été arrêtés au début de cette semaine à Toulépleu, Bloléquin et Guiglo, selon des sources proches de leurs familles respectives. Leurs arrestations auraient un lien avec les enquêtes ouvertes sur les évènements de la Brigade de Guiglo qui a été la cible d’hommes encagoulés, la semaine dernière.

Ces «assaillants» auraient emporté des armes. « Il y a des attaques dans tous les pays, à certains moments. Je peux vous dire que pour Guiglo, nous avons déjà repéré un certain nombre de personnes qui seront remises à la justice. D’ailleurs, il y a eu des échanges de coup de feu dans la matinée. Je n’en connais pas le bilan. Mais, je veux vous dire que, grâce aux investissements que nous avons faits au niveau des traces technologiques, si quelqu’un s’attaque à un commissariat ou à une caserne de gendarmerie, c’est le terrorisme. Donc, nous traiterons cela conformément aux lois internationales. Et nous, nous sommes confiants que nous allons éradiquer tous ces terroristes qui veulent s’attaquer à la tranquillité des Ivoiriens », avait réagi le chef de l’État, Alassane Ouattara, lors de sa conférence de presse de clôture de sa visite d’État de 4 jours dans la région du N’Zi, le samedi 28 septembre 2019.

Bah Touinté, ex-commandant des Forces spéciales Lima qui avaient combattu aux côtés des Forces de défense et de sécurité de Côte d'Ivoire (Fds), a été mis aux arrêts, dans la nuit du dimanche 29 au lundi 30 septembre 2019, dans son village de Nézobly. Son arrestation est intervenue entre minuit et une heure du matin, précise son jeune frère qui était en sa compagnie. « Ils sont arrivés, ils ont demandé si c’est lui Bah Touinté, le chef de guerre des ex-forces Lima. Il a répondu par l'affirmative. Ils lui ont dit de les suivre. C'étaient des gendarmes », nous a-t-on confié. Une information confirmée par les autorités traditionnelles de Nézobly, que nous avons jointes, lundi dernier.

Selon un témoin direct de l’arrestation de Bah Touinté, c’est aux alentours de 18 h, qu’un escadron des gendarmes armés jusqu’aux dents est descendu dans le quartier de Ouréalé, dans la petite sous-préfecture de Nézobly. Ouréalé est aussitôt bouclé par ces hommes en armes. Lorsque S.M, un notable du village, va aux renseignements, le commandant de Brigade (Cb) de Toulépleu, en compagnie de celui de Guiglo, fait valoir « une simple opération de sécurisation de routine », non sans prendre des renseignements sur «Bah Touinté», l’ex-chef de guerre. Celui-ci était dans sa plantation d’hévéa. Lorsqu’il rentre à la nuit tombée et qu’il est informé du passage du Cb de Toulépleu qui cherchait à le rencontrer, ne se doutant de quoi que ce soit, il laisse entendre que dans le cadre de la visite du Premier ministre, « il avait certainement besoin de ses services  pour la sécurité civile. Comme cela se fait d’habitude avec eux ».

Sur le pied de guerre                   

C’est aux environs de 1 h du matin, que les Cb de Toulépleu et de Guiglo sont revenus avec leurs hommes, pour le cueillir dans son sommeil. Une minutieuse perquisition effectuée dans sa maison n’a pas permis aux enquêteurs de découvrir une arme, encore moins des munitions, toujours selon notre source. Il a été conduit à Guiglo pour nécessité d’enquête.

Mais, selon certaines sources sécuritaires sur place, que nous avons contactées, par téléphone, mercredi 2 octobre 2019, ceux qui ont arrêté l’ex-chef de guerre ne sont « pas des gendarmes, mais plutôt des éléments de la Direction de la surveillance du territoire (Dst), en mission à l’ouest ». « Vraiment étonnant… ! Mais après des renseignements pris auprès du Cb de Toulépleu, ce sont des agents de la Dst, venus d'Abidjan, qui ont demandé à continuer leur mission avec la voiture de la Brigade de gendarmerie de Toulépleu... Alors, Bah Wossegbo Roger dit Bah Tointé ou Batoin serait actuellement à la disposition de la Dst. Aidez-nous à comprendre véritablement ce qui s'est passé», a lancé, mercredi, au téléphone, Tchi-Pkingon (l’homme qui attrape la panthère à main nue en Guéré, Ndlr), l’un de ses « lieutenants », originaire du village de Bakoubly. En tout état de cause, des ex-combattants sont sur les dents voire sur le pied de guerre, en ce moment, dans la région du Cavally… Ils dénoncent « une arrestation injustifiée d’un homme qui s’est investi dans l’hévéaculture, depuis son retour d’exil, et qui s’est mis au service de la paix ». Bah Touinté a été arrêté pour sa participation présumée à l'attaque de la gendarmerie de Guiglo, intervenue la semaine passée. « Il n'est pas sorti du village depuis plusieurs mois. Depuis quelque temps, il est dans sa plantation d’hévéa située entre Cèbly et Nézobly, où il a reçu la semaine dernière, la visite d’Emmanuel Ouloto, frère cadet de la ministre Anne Désirée Ouloto, dans le cadre du suivi et l’évaluation des projets », nous a indiqué, au téléphone, mercredi, le président des jeunes.

Jérôme de Panhoulo, un autre ex-chef de guerre, a été également arrêté à Toulépleu. Alors qu’il était à moto, à la hauteur de la mosquée de Toulépleu, il a été prié de descendre, avant d’être embarqué, laissant sa moto sur place. C’est une fois à Guiglo qu’il a informé ses parents de sa mésaventure.

Selon une source interne aux ex-combattants, Bah Tointé a été faussement dénoncé par un ex-combattant. A lui, les enquêteurs de la Dst, selon nos sources, auraient dit qu’ils étaient à la recherche des ex-chefs de guerre de la région du Cavally, pour la simple raison « que ceux qui ont attaqué la Brigade de Guiglo, du fait qu’ils se soient encagoulés, laisse à croire que ce sont des ex-combattants de la région, aguerris aux tactiques militaires et de la guérilla ». C’est ainsi que cet ex-combattant a conduit les enquêteurs à Nézobly où Bah Tointé a été arrêté. Il s’était réfugié au Libéria après la chute du régime Gbagbo. Bah Tointé est rentré en Côte d'Ivoire à la faveur du retour des réfugiés, et s'était mis à la disposition de la paix et de la cohésion, au côté de la ministre Anne Désirée Ouloto, fille du département et de la sous-préfecture de Nézobly. Il s'est impliqué dans toutes les campagnes politiques du Rassemblement des républicains (Rdr) et aujourd’hui du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), ainsi que dans la réconciliation, avec l'appui de l'ancien préfet de Toulépleu, M. Diarra. C'est pourquoi, son arrestation a pris tout le monde au dépourvu dans le département.

Dans la même dynamique, notre source apprend que Zayo Polay, un autre puissant ex-chef de guerre du Flgo, et Gbolo Koua, des noms de guerre, ont été arrêtés notamment à Bloléquin et Guiglo, pour les mêmes motifs. Ils seraient aux mains de la Dst. Leurs proches, qui nous ont joint, mercredi en début d'après-midi, ont dit n'avoir aucune idée de leur lieu de détention.

Mais, nous apprenons que ces ex-chefs de guerre auraient été transférés à Abidjan où ils seraient détenus « dans une maison protégée». D'autres arrestations auraient été perpétrées dans les rangs des ex-commandants de l'ouest.

 

Armand B. DEPEYLA

Commentaires pour cet article Laisser un avis

Articles en relation

Emplois

France24 @ Ps, lr, lfi, rn… une rentrée politique à géométrie variable
Titre PS, LR, LFI, RN… une rentrée politique à géométrie variable
Date 22-08-2018
Reference Autre
France24 @ mali : le nouveau gouvernement...
Titre Mali : le nouveau gouvernement d’IBK, entre continuité et nouvelles arrivées
Date 10-09-2018
Reference Diplomatie
emploi @ Emploi | DIRECTEUR GENERAL
Niveau BAC+5
Spécialité Gestion
=