Newsletter s'inscrire

Yopougon : Un chauffeur de taxi tue son collègue

20200122-7b31060d295077045ba9cfd8e4412a33l
Ci - Societe - 22-01-2020 09:31 - Kikie ahou nazaire
l y a un adage populaire ivoirien qui dit : « chien ne mange pas chien », pour indiquer que des semblables ne se font pas de mal. Mais la scène dramatique qui s'est produite à hauteur du marché « Djédjé Bagnon » à Yopougon, sur la voie menant à Dabou, viole carrément ce principe. Et de quelle façon ?

Les faits se passent certes le 5 décembre de l'année 2019 qui vient de s'écouler, mais ne manquent pour autant pas d’intérêt, au regard de leur sombre caractère. Nos sources qui, en effet, rapportent les faits recueillis auprès de riverains tenant à garder l'anonymat, notent que ce jour-là, deux chauffeurs de taxis communaux sont aux prises dans un langage virulent.

Mais qu'est-ce qui suscite cette ire de part et d'autre ? Est-ce pour une affaire de clients détournés ? S'agit-il plutôt d'une histoire d'argent opposant les deux ? En tout cas, personne n'en sait vraiment rien.
Par contre, ce que l'on sait, c'est que le langage ordurier « craché » par chacun des protagonistes, est rapidement botté en touche, pour céder la place à celui de l'empoignade physique. On voit donc les deux chauffeurs de taxis, tel sur un ring non homologué, s’envoyer des coups violents ne respectant, au demeurant, aucune règle d'un combat à la loyale.

Et dans ce pugilat, l'un des adversaires administre un coup violent dans le cou de l'autre qui, tout d'un coup, lâche prise. Quand le porteur de ce coup prend la fuite en s’engouffrant dans son véhicule qui démarre aussitôt, la victime, elle, se tient le cou d'où l'on aperçoit du sang couler entre ses doigts.

Le malheureux, qui reste quelque peu accroupi, finit par s'écrouler sur le dos. Les jambes, les bras écartés et la bouche ouverte, il ne bouge plus. De nombreux témoins de la scène accourent, quand d'autres préfèrent plutôt s'enfuir pour ne pas être mêlés à cette affaire qui vient de prendre une autre tournure. Car, le blessé vient de rendre l'âme, avant même que l'on ne s'affaire à le faire évacuer dans un centre hospitalier.

Alertés, des agents de la police se rendent sur les lieux du drame et procèdent au constat d'usage. Et au cours celui-ci, les flics remarquent dans le cou du défunt, une ouverture profonde, probablement faite à l'arme blanche. Le constat achevé, le corps sans vie du malheureux, identifié comme étant Lougoumani Dembélé, est conservé à la morgue par les services des pompes funèbres.
Une enquête avait été ouverte en son temps, pour retrouver et mettre la main sur le tueur présumé. Et appréhender par ailleurs, les causes de la bagarre qui a abouti à cette mort d'homme.

Commentaires pour cet article Laisser un avis

Articles en relation

Emplois

France24 @ Ps, lr, lfi, rn… une rentrée politique à géométrie variable
Titre PS, LR, LFI, RN… une rentrée politique à géométrie variable
Date 22-08-2018
Reference Autre
France24 @ mali : le nouveau gouvernement...
Titre Mali : le nouveau gouvernement d’IBK, entre continuité et nouvelles arrivées
Date 10-09-2018
Reference Diplomatie
emploi @ Emploi | ASSISTANT(E) DE PRODUCTION STAGIAIRE
Niveau BAC+2
Spécialité Communication, Marketing
=