12/08/2021
Les dockers de Côte d’Ivoire annoncent une grève de 7 jours à partir du vendredi 17 décembre 2021; voici ce qu’ils réclament
Ledernierpoint Ledernierpoint

La Fédération nationale des dockers de Côte d’Ivoire (Fenad-Ci) a déposé un préavis de grève d’une durée de 7 jours renouvelables.

Les deux ports de Côte d’Ivoire, à savoir le Port autonome d’Abidjan (PAA) et le Port autonome de San-Pedro (PASP) seront paralysés à compter du vendredi 17 décembre 2021. Cette situation est liée à la grève de 7 jours renouvelables annoncée par les dockers de Côte d’Ivoire.

ne grève responsable et pacifique

L’information a été donnée par Guéhi Adéhi Ka Pliké, Secrétaire général de la Fédération nationale des dockers de Côte d’Ivoire (Fenad-Ci), ce mercredi 8 décembre 2021, au cours d’une conférence de presse organisée au siège de la Sempa, en zone portuaire, à Abidjan-Treichville. Le Secrétaire général national a indiqué qu’il s’agira d’une grève responsable et pacifique. «On ne casse rien», a-t-il insisté. Il s’agira, selon Guéhi Adéhi Ka Pliké, pour le travailleur docker de pointer présent à son lieu de travail sans toutefois accomplir une quelconque tâche.

Appelant les forces de l’ordre qui encadreront cette grève à leur responsabilité, il a demandé à ces derniers de respecter le droits de grève des dockers de Côte d'Ivoire.

Les revendications des dockers

Les revendications des dockers de Côte d’Ivoire portent essentiellement sur l’application intégrale du décret n°2019-102 du 30 janvier 2019 portant statut particulier des dockers de Côte d’Ivoire. Ces revendications se présentent comme suit: le respect du champ d’application; employer les dockers sur les quais et navires pétroliers; employer les dockers en qualité d’assistant chauffeur de camion et en qualité de pilote de Gott Wald, portique, RTG; employer les dockers dans les cimenteries et les moulins jouxtant l’enceinte portuaire; le traitement des travailleurs; créer de façon consensuelle et gérer paritairement l’organisme de gestion de la main d’œuvre docker.

En clair, les dockers demandent la restitution de tous leurs droits conformes à la réglementation en vigueur. Ils revendiquent de plein droit leur embauche sur tous les quais pétroliers ainsi que sur les navires pétroliers et demandent l’application systématique de cette disposition. Les dockers de Côte d’Ivoire exigent le paiement intégral de la prime de présence avec effet rétroactif; ainsi que la prime dite indemnité de garantie aux ayants droit avec effet rétroactif.

Le reversement des Indemnités de fin de carrière (IFC) exigé

«Le Sempa ayant créé unilatéralement le Bureau de la main d’œuvre docker, une société par action simplifiée (BMOD SAS) devrait payer aux dockers leurs Indemnités de fin de carrière (IFC). Aussi, nous exigeons le paiement intégral desdites indemnités que nous demandons au SEMPA/BMOD de verser sur un compte séquestre», a exigé le Secrétaire général de la Fenad-Ci, Guéhi Adéhi Ka Pliké. Puis d’informer que cet argent permettra de crée un Groupement d’intérêt économique (GIE) pour lequel «nous proposons un Conseil d’administration tripartite (Travailleurs dockers, État et Manutentionnaires), présidé par un docker».

Pour finir, la Fenad-Ci a rejeté l’initiative de certains manutentionnaires qui, de l’avis de Guéhi Adéhi Ka Pliké, consiste à reconduire un Sempa bis dont la gestion a toujours été décriée par toutes les générations des dockers.


  • VIA
  • Ledernierpoint
  • SOURCES
  • linfodrome



LAISSEZ UN COMMENTAIRE

FOLLOW US